Rock Made in France

Actu

Bijou : vie, mort et resurrection d’un groupe passion

Bijou par jean françois jacqQui se souvient de Bijou ? Tout le monde… Et personne. Marquant le renouveau du rock made in France à l’ère du punk (le groupe nait en 1975), le trio de Juvisy va incarner la pureté d’un mouvement tandis que Téléphone, Trust, Taxi Girl  et autres Starshooter empochent la mise… Le temps pour les maisons de disque de passer à autre chose. Nos Jam français symbolisant à eux seul une évidence : la France chante mais ne rock pas !  Jean-François Jacques traduit merveilleusement bien ce truisme dans un livre aux précieux témoignages. Car entre 1975 (Giscard est Président !) et 1981 (les radios sont à peine « libre » !)  Bijou est de tous les combats : chant en français, immersion dans le mouvement Punk (ils sont des 2 festivals de Mont de Marsan en 1976 et 1977 sans parler du Gibus), rock attitude à la Dr Feelgood, culture 5O’s et 60’s à faire pâlir un collectionneur de disques, etc. Ils sont tellement respectés par leurs pairs que de vieilles gloires retrouvent une seconde jeunesse à leur côté, à commencer par Serge Gainsbourg, voire Jacques Dutronc. Johnny Hallyday les invite même à son anniversaire ! Le certificat de virginité Bijou est un sauf conduit. Pourtant leurs albums se vendent mal : caution morale ne rime pas forcément avec biseness. Et si Téléphone (encore !) capte les ados, Bijou reste confiné à la banlieue chaude et aux rockeurs en perte de vitesse. Et que dire des paroles toujours sur le fil du rasoir… Dommage, car côté musique, sans conteste, les meilleurs s’appellent Bijou.
Avec moult détails et anecdotes, c’est tout cela que nous raconte Jean-François Jacq déjà auteur d’un très documenté ouvrage sur Lili Drop. Son Bijou est un témoignage vivant, respectueux et sincère sur un groupe qui a marqué l’histoire de la musique en France, et reste une énigme autant qu’un ovni. Donnant la parole aux protagonistes et aux journalistes (un peu trop ?), retrouvant beaucoup de coupure de presse de l’époque, l’ouvrage a également le grand mérite de replacer la trajectoire du groupe dans son contexte et de ne rien ignorer des concurrents de l’époque.
Une chose est sûr, Bijou ressort grandi de ces 280 pages et nous ouvre les yeux sur un temps que les moins de 20 ans… n’ont certes pas connu mais continuent à réinventer. Même si beaucoup chantent aujourd’hui en anglais !

Hervé Devallan
« Bijou : vie, mort et resurrection d’un groupe passion » par Jean-François Jacq aux éditions L’Ecarlate 


Laisser un commentaire

Radio

la WebRadio

Les bonnes infos







Marketplaces