Rock Made in France

UNICEF

Actu

Mr Yéyé « Hybride »

Entre le Yéyé et Mr Yéyé, 60 ans se sont écoulés. 60 ans et un monde que tout oppose. Ou presque avec « Hybride » et un rock fusion assez troublant.

Mr Yéyé… Le nom peut prêter à confusion. Et c’est peut-être ce qui est arrivé à Yann Barthès et sa petite quotidienne lorsqu’il les a sélectionnés un beau jour de juin 2017. Car ici, on est loin d’une pop frivole et nostalgique. Mr Yéyé joue davantage dans la cours d’une fusion parfois hardcocre que d’un quelconque plan marketing des chaussettes Stemm. Et de cette indépendance, le chanteur breton Yéyé Liquini sait en tirer le meilleur profit. Tout d’abord en envoyant tout promener en 2012 pour mieux s’enfermer dans sa chambre avec son micro, sa carte son et son logiciel piraté. De là il construit sa propre histoire, mariant aussi bien Shaka Ponk que Calogéro ou  M. Un choc des cultures aussi étonnant (quoi que) que surprenant qui se dévoile avec le bien nommé « Hybride ». Son approche numérique des guitares et de leurs riffs explosifs habille une voix et des mélodies qui ne sont pas sans rappeler les standards de la variété française. On pourrait être déstabilisé par ce grand écart, mais notre inconscient culturel qui doit autant à Claude François, Michel Polnareff que Metallica et les Rolling Stones arrive à maîtriser puis à accepter cet étrange attelage. Et qu’on se rassure, nous ne sommes pas seuls puisque son premier album « Cabaret noir » s’est écoulé à 2500 exemplaires la première semaine de sa sortie. « Hybride » porte donc bien son nom et peut séduire à une époque où la transgression est de mise. Même sur le titre « L’instinct de survie », le chant de Cécilia Pascal évoque la voix de Zaz… Allez comprendre.

Hervé Devallan
Mr Yéyé « Hybride » (One Hot Minute / Wagram) – 3/5

Laisser un commentaire

Radio

la WebRadio

Les bonnes infos







Marketplaces