Rock Made in France

UNICEF

Actu

Robi « La cavale »

Il faut peut-être passer le premier morceau pour découvrir le nouvel univers de Robi. Son second album est ainsi fait que chacun doit trouver sa clé d’entrée pour en savourer les délices.

ImpressionDès le deuxième titre, la pop froide et intimiste de Robi s’abandonne dans le monde enchanteur de Dominique A. N’a-t-elle pas interprété un duo avec le nantais sur son premier album sorti en 2013 ? Deux ans plus tard, « être là » jette un pont entre les deux univers. L’œuvre de Chloé Robineau, pour l’état civil, ne se résume pourtant pas à cette simple comparaison flatteuse. En supprimant la basse cold wave au fil des titres, elle trouve sa propre petite musique toute en retenue, effleurant sa partition d’un souffle léger que retiennent à peine une guitare ou un clavier. Ici ou là. La pochette de l’album ne ment pas : le monde de Robi verse naturellement dans l’émotion, celle qui enveloppe et envahit jusqu’à en fermer les yeux. Ses mélopées flottent comme un frisson que ne veut pas retomber. Il faut activer le mode « sensible » pour accéder aux codas mélancoliques de l’album. Etre en phase. Et donc choisir son moment. C’est là que réside le secret de « La cavale ». On peut facilement passer à côté pour peu que les contraintes de la vie grippent la machine. A chacun de trouver le moment et Robi peut alors vous emmener bien plus loin que prévu.

Hervé Devallan
Robi « La cavale » (At(h)ome) – 3/5



Laisser un commentaire

Radio

la WebRadio

Les bonnes infos







Marketplaces