Rock Made in France

UNICEF

Actu

Red Nose « Quitter la ville »

S’initier ou se rappeler que le rock est affaire d’authenticité. Pour cela, Red Nose et son troisième album « Quitter le ville » savent le conter sans se la raconter. 

Red Nose ou la maîtrise d’un blues rock qui aurait connu les années punk. Il y a cette façon franche et directe de chanter les affres du quotidien, avec vue sur la banlieue. Un peu comme si La Souris Déglinguée avait abandonné ses idéaux politiques et que Stocks refaisait surface. Ici, le blues rock prend sa source au cœur des années 70 pour se terminer à la fin des années 80, juste avant le règne de l’argent Roi. Comme si le hip hop et la french touch n’avaient jamais existé. Ce retour vers le passé ferre le rock dans ce qu’il a de plus brute, oublie les artifices et ses loops digitales, façonne un monde anglo saxon aux couleurs de la France. Ici, rien que de l’authentique à base de guitares crades et de bières chaudes. Bien dans l’esprit Brennus, sans le côté hard à talons compensés. Oui, Red Nose saura ravir les amateurs de rock à cran d’arrêt, quand l’autre côté du périphérique était un no mans land entre un utopique 14ème arrondissement autonomiste et des paysans encore en activité du côté d’Antony. Un temps qu’il est parfois bon de se souvenir sans pour autant penser que c’était mieux avant.

Hervé Devallan
Red Nose « Quitter la ville » – (Brennus) – 3/5

One thought on “Red Nose « Quitter la ville »

Laisser un commentaire

Radio

la WebRadio

Les bonnes infos







Marketplaces