Rock Made in France

NG Création, Agence web paris, application web et mobile

Actu

« Quand Rennes s’est révélée rock » de Grégoire Laville

Oui, au début des années 80, la capitale du rock en France était à l’Ouest. De l’autre côté du périphérique. Et pour l’affront soit encore plus grand, c’est en Bretagne à Rennes que le Rock hexagonal a élu domicile pendant plusieurs années. 

Le journaliste Grégoire Laville raconte cette étrange histoire en laissant la parole aux acteurs de l’époque, c’est-à-dire à tous ceux qui ont construit l’histoire du rock à Roazhon (Rennes en breton) entre 1978 et la fin des années 80. Des années un peu folles où Rennes avait comme concurrent Manchester, Berlin et New York. Leur différence ? « Le rock rennais, c’est une guitare dans une main et un livre dans l’autre » affirme aujourd’hui Frank Darcel, co leader de Marquis de Sade par où tout à commencer. Et cela résume bien ce qu’a été – et reste toujours un peu – le rock dans la capitale bretonne : une idée autant qu’une révolte, là où d’autres se sont contentés d’un cri.

Avec « Quand Rennes s’est révélée rock », Grégoire Laville nous le démontre de belle manière au fil des interviews de tous ceux qui ont construit cette histoire. Si on y parle évidement de Marquis de Sade (Christian Dargelos, Philippe Pascal et Frank Darcel sont dans la place), c’est que tout commence avec eux. Ou presque. Mais c’est aussi parce Rennes a accueilli en son sein une génération venue de toute la Bretagne et d’un peu plus loin (Bordeaux, Nancy, l’Afrique du Nord…). Ce carrefour des influences a permis à Rennes de rayonner, donnant à l’Hexagone des stars encore bien présentes dans notre mémoire collective. A commencer par Etienne Dao et Pascal Obispo. Et qui retrouve-t-on pour accompagner leur premiers pas ? L’ancien Marquis de Sade Frank Darcel, à la fois producteur des deux premiers albums de Dao et compagnon de route d’Obispo au sein de Senso. La « famille » était d’ailleurs au complet lors du concert des 40 ans du divin Marquis à Rennes !

Fort heureusement, le livre ne se résume pas à Marquis de Sade. Des Nus de Christian Dargelos à Jean-Louis Brossard et ses Transmusicales, en passant par Richard Dumas (premier témoin du livre), Dominique A, Yann Tiersen, Philippe Maujard (Ubik), Dominic Sonic, Niagara, Jérôme Soligny…. Les anecdotes et les souvenirs fusent. Et fort est de constater, que 40 ans plus tard, le miracle est encore en marche. Qu’en sera-t-il de la génération suivante ? Quels sont les hérauts de nos années 2000 ? Toujours en Bretagne, mais à Naoned (Nantes en breton), le plus souvent. Christine and the Queen, C2C et autres Dominique A en héraut de cette Bretagne contemporaine

Hervé Devallan
« Quand Rennes s’est révélée rock » par Grégoire Laville aux  éditions Ouest France, 350 pages, 23€

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Radio

    la WebRadio

    Les bonnes infos








    Marketplaces