Rock Made in France

UNICEF

Encyclopédie du Rock

Ange

Groupe français le plus ancien encore en activité, Ange est né en 1970 ! Avec 3.5 millions d’albums vendus et 6 disques d’or, Ange est également un des groupes français les plus populaires de l’Hexagone. Créé par Christian Decamps en pleine période psychedelic, la formation trouve rapidement son style et sa marque de fabrique en incorporant dans ses textes et sa musique une bonne dose de théâtralité et de lyrisme. Un peu comme aimaient à le faire Genesis (période Peter Gabriel) et King Crimson.
C’est entre 1971 et 1977 que les meilleurs albums sont produits par le groupe. De « Caricatures » à « Par les fils de Mandrin », Ange prouve que la pop progressive française peut rivaliser avec n’importe quel groupe anglo-saxon. C’est également la période du gigantisme avec des tournées aux décors impressionnants. Ce qui place le groupe proche du dépôt de bilan et explique le départ de Haas et Brézovar. Les premiers albums solos des uns et des autres commencent à voir le jour. En 1979, le groupe se sépare une première fois : les frères Décamps ne s’entendent plus. Reformation l’année suivante avec des albums louchant vers le rock puis nouvelle pause avec un album de reprise suite aux départs de Viseux, Defer et Guichard. Dans les années 80, Ange signe chez Tréma, un label connoté musique de variété. Le cocktail années 80 + Tréma donne naissance à 3 disques parodiques de cette période Rock FM – Phil Collins. Une époque sans inspiration à oublier d’urgence. Le groupe édite ensuite ses albums sur son propre label. En 1989, le maire de Belfort (JP Chevènement) leur commande une œuvre pour commémorer le bicentenaire de la révolution française. C’est « Sève qui peut ». En 1992, la formation historique se retrouve pour enregistrer « Les larmes du Dalaï-Lama » qui n’est pas sans évoquer Marillion. Mais l’ensemble reste en deçà du potentiel légitimement attendu.
En 1994, Ange se sépare une seconde fois… Avant que Christian Decamps ne reforme le groupe avec son fils (mais sans son frère). C’est Ange nouvelle génération qui a déjà sorti quatre albums studios dont l’excellent « Cullinaire lingus » en 2004 et qui n’est pas loin de rivaliser avec les productions de l’âge d’or du groupe. Le voyage continue. Notamment en adoptant les règles marketing d’un genre devenu obligatoire pour vivre de sa musique : sortir un disque live après la tournée ayant servie de support promo à l’album studio. Il s’agit de « Souffleurs de vers tour » en 2009. Et c’est reparti en 2010 pour les 40 ans du groupe et l’album « Le bois travail, même le dimanche« . Happy birthday Ange ! Le groupe revient en 2012 avec « Moyen-âge« . A l’approche de son cinquantième anniversaire, le groupe annonce un nouvel album pour février 2018. Un album qui sera capté en live le 6 octobre 2017 lors d’une résidence à l’ED&N de Sausheim.


A ranger entre Atoll et Triangle
A écouter sur myspace
A suivre sur Facebook
Trouver un CD ou un vinyle d’Ange 


Avant Ange
Gérard Renard a passé un an avec Sade.

Que sont-ils devenus ?
Jean Michel Guénolé Biger (Gwennolé Biger) joue sur l’album de Michel Brézovartravaille avec l’américain Zachary Richard, intègre Cookie Dingler (1983-1987), joue avec Les Négresses Vertes (1992) et finit par devenir un batteur de studio très recherché. A noter qu’on le retrouve sur l’album « Murmure » de Christian Décamps & Fils en 2004 aux côtés de Claude Demet à la guitare. Un album au départ uniquement destiné au fan club.

Gérard Renard
était le bassiste de Francis Cabrel et de Bernard Lavilliers. Il ne viendra faire qu’une pige pour l’enregistrement de Guet-Apens

Francis Décamps
suit une cure de désintoxication puis se met au service d’autres artistes comme musicien de studio ou directeur artistique. Il monte le groupe Gens de la Lune. Le premier album sort en 2008

En 1981,
Jean-Pierre Guichard fait un passage du côté du Hard Rock au sein d’Océan. Aujourd’hui il donne des cours de batterie à Belfort.

Michel Brézovar
est chef-jardinier dans une résidence de retraités du sud de la France. Non sans avoir sorti en 1978 son album solo « Rue du Salbert… » (Crypto) où l’on retrouve Gwennolé Biger à la batterie.

Daniel Haas
possède un magasin de musique à Vesoul et donne des cours de guitare.

Gérard Jelsch
rejoint Francis Décamps dans le groupe Gens de la Lune.

Benoît Cazzulini joue aussi au sein du groupe messin Cris Luna.

Fiche technique d’Ange
Ou : Belfort
Quand : de 1970 à 1994 – Reformation en 2003
Site internet
Genre : Progressif
Line up
1970 (la naissance) : Christian Decamps (chant, clavier) – Patrick Kachanian (basse) – Francis Decamps (clavier) – Gérard Jelsch (batterie) – Jean-Claude Rio (Guit)
1970 (formation historique): Christian Decamps (chant, clavier) – Daniel Haas (basse) – Francis Decamps (clavier) – Gérard Jelsch (batterie) – Jean-Michel Brézovar (Guit)
Musiciens ayant servis Ange
Gérard Jelsch (Batterie) de 1969 à 1975 puis de 1995 à 1998
Jean-Michel Brézovar (Guit) de 1970 à 1977 puis de 1987 à 1998
Daniel Haas (Basse) de 1972 à 1977 puis de 1987 à 1998
Francis Décamps (Claviers) de 1970 à 1998
Patrick Kachanian (Basse, Flûte) de 1970 à 1971
Jean-Claude Rio (Guit) de 1970 à 1971
Gwennolé Biger (Batterie) de 1975 à 1977
Claude Demet (Guit, Basse, Flûte) de 1978 à 1979
Jean-Pierre Guichard (Batterie) de 1977 à 1981 puis de 1989 à 1995
Gérald Renard (Basse) de 1978 à 1979
Robert Defer (Guit) de 1980 à 1981 puis de 1987 à 1994
Didier Visieux (Basse) de 1980 à 1981
Serge Cuenot (Guit) de 1982 à 1988
Jean-Claude Potin (Batterie) de 1981 à 1984
Laurent Sigrist (Basse) de 1982 à 1988
Francis Meyer (Batterie) de 1984 à 1988
Martine Kesselburg (Chant) de 1984 à 1988
Hervé Rouyer (Batterie) de 1999 à 2001
Eric Toury (Programmation, Percussions) depuis 1992
Depuis 2005 : Christian Decamps (Chant) – Hassan Hajdi (Guit) – Benoît Cazzulini (Batterie) – Caroline Crozat (Chant) – Thierry Sidhoum (Basse) – Tristan Decamps (Claviers)

Albums Studio
1972 : “Caricatures” (Philips)
1973 : “Le cimetière des arlequins” (Philips)
1974 : “Au-delà du délire” (Philips)
1975 : “Emile Jacotey” (Philips)
1976 : “Par les fils de Mandrin” (Philips)
1978 : “Guet-Apens” (Philips)
1980 : “Vue d’un chien” (Philips)
1981 : “Moteur” (Philips)
1982 : “A propos de…” (Philips)
1983 : “La gare de Toyes” (Philips)
1984 : “Fous ! ” (Tréma)
1986 : “Egna” (Tréma)
1987 : “Tout feu tout flamme, c’est pour de rire” (Marianne)
1989 : “Save qui peut” (Celluloïd)
1992 : “Les larmes du Dalaï Lama” (Philips / Phonogram / Mercury)
1999 : “La voiture à eau” (M10)
2004 : “Culinaire Lingus” (M10)
2005 : “?” (Artdisto)
2007 : “Souffleurs de vers”
2010 : « Le bois travaille, même le dimanche » (Artdisto / L’Autre Distribution)
2012 : « Moyen-âge » (Artdisto)
Albums Live
1977 : “Tome VI” (Philips)
1978 : « En concert 1970 – 1971) » (RCA)
1995 : “Un p’tit tour et puis s’en vont” (ADN Music)
1995 : “A…Dieu” (ADN/SM)
1995 : “Rideau” (Philips / Mercury)
2000 : “Rêves parties” (M10)
2001 : “Sans filet live 81”
2002 : “Tome 87” (Musea)
2004 : “Ange en concert : Par les fils de Mandrin (Millésimé 77) »
2007 : « Le tour de la question » (Last Call)
2009 : « Souffleurs de vers tour » (Artdisto / Wagram)
Compilations
1977 : “Réimpression” (Philips / Phonogram / Mercury)
1989 : “Vagabondages” (Philips / Phonogram / Mercury)
1994 : “Memo” (Philips)
1998 : “Masters Séries N°1”
1998 : “Masters Séries N°2”
1999 : “Ad libitum” (Universal
1999 : “Ego est en vermeille”
Et s’il n’en reste qu’un
1975 : “Emile Jacotey”

Tagged

Genre

Années

Villes

Alphabétique

  • 1-9
    (17)
  • A
    (103)
  • B
    (117)
  • C
    (108)
  • D
    (106)
  • E
    (68)
  • F
    (67)
  • G
    (54)
  • H
    (53)
  • I
    (25)
  • J
    (38)
  • K
    (46)
  • L
    (78)
  • M
    (136)
  • N
    (53)
  • O
    (34)
  • P
    (87)
  • Q
    (3)
  • R
    (70)
  • S
    (167)
  • T
    (93)
  • U
    (17)
  • V
    (44)
  • W
    (41)
  • X
    (4)
  • Y
    (7)
  • Z
    (17)