Rock Made in France

Encyclopédie du Rock

Fédération Française de Fonck

Ce sont les Transmusicales de Rennes qui en 1989 mettent le feu aux poudres. Après ce show, Fédération Française de Fonck (FFF) est contacté par tous ceux qui comptent dans le métier.  Ils ont notamment tapé dans l’œil de Philippe Conrath, journaliste à Libération et feu Actuel mais aussi patron du label Cobalt. Comme par enchantement, ils signent quelques semaines plus tard chez Epic / Sony. Et c’est à New York qu’ils enregistrent leur premier album sous la houlette de Bill Laswell, bassiste funk et producteur de renom. Mais aux dires du groupe, la démo était bien mieux que le résultat final… qui lui-même est extraordinaire ! Il faut dire que le groupe livre un album digne de la concurrence qui se nomme alors Living Colour, Red Hot Chili Pepper ou encore Fishbone. Les tournées s’enchaînent qui les conduisent en Europe, aux Etats-Unis, au Japon et en Afrique. On les retrouve même en première partie de George Clinton, le roi du Funk. Le deuxième opus est mis en boîte à Londres en 1993 sans Philippe Herpin qui vient de quitter le groupe.
Le troisième LP est produit par FFF et enregistré à Paris. Les tournées se poursuivent notamment en Asie. En 1997, le live marque la fin d’une période qui se traduit par le départ d’Epic. V2, label de l’ex Virgin Richard Branson, les signe. Mais le cœur n’y est plus. L’album « Vierge » ne rencontre pas son public malgré quelques bons morceaux comme « Le mauvais fils » ou la reprise de « Fame» de David Bowie. Cet opus marque la fin de l’histoire. Une histoire qui retiendra FFF comme une formation réussissant à marier sensibilité française et production américaine. A moins qu’elle ne retienne la reformation puisque l’on a pu (re)voir le groupe au Festival Solydays en 2007. Fin 2013, les FFF sont à nouveau sur la route ! A suivre…


A ranger entre Killdozer et Silmarils
A écouter sur Myspace

Avant ou pendant FFF
Marquis de Sade (Philippe Herpin) – Mud et Melvil Poupaud (Yarol Poupaud)

Que sont-ils devenus ?
Yarol Poupaud monte avec son frère et un copain d’enfance le side project Mud qui sortira 2 albums. Il produit également de nouveaux artistes et notamment les Hellboys, issus de la nouvelle scène rock parisienne. Avec sa femme, il créé le label Bonus Tracks Records où sont entre autre signés les Parisians et The Mantis. En 2010, la musique du film Bus Palladium, c’est lui aussi. On peut également le croiser au sein des groupes Heartbeak Hotels, The Hub, Black Minou, etc. En 2012, il accompagne Johnny Hallyday sur sa tournée.

De son côté, Nicolas Baby quitte FFF en 2000 pour se consacrer à 100% à Transmut, plate-forme sonore et visuelle. Il fonde aussi Doctor L avec Kactus Hunter et écrit de nombreuses musiques de film (Les convoyeurs…) ; Krichou sort un album antillais avec son frère tandis que Félix participe à l’album « Cool Frénésie » des Rita Mitsouko en 2000.

Marco Prince
s’essaye au cinéma (on peut le voir dans « Le boulet » ou dans le court métrage de Margot Abascale « Florides« ) et à la musique de film : il compose la bande son de « Pharmacien de garde». Et à la télé réalité puisqu’en 2009 il devient membre du jury de la Nouvelle Star sur M6 à la place de Sinclair.

Fiche technique de la Fédération Française de Fonck (FFF)
Ou : Paris
Quand : entre 1987 et 2001. Reformation en 2013
Genre : Fusion
Line up
1987: Marco Prince (Chant) – Nicolas Baby (Basse) – Yarol Poupaud (Guit) – Krichou Montieux (Batterie) – Philippe Herpin (Sax) – Félix (Claviers, Machines)
1993: Marco Prince (Chant) – Nicolas Baby (Basse) – Yarol Poupaud (Guit) – Krichou Montieux (Batterie) – Félix (Claviers, Machines)
1996: Marco Prince (Chant) – Nicolas Baby (Basse) – Yarol Poupaud (Guit) – Krichou Montieux (Batterie) – Hervé Bouffartigues (Claviers, Machines)
2013 : Marco Prince (Chant) – Nicolas Baby (Basse) – Yarol Poupaud (Guit) – Krichou Montieux (Batterie)
Albums
1990 : « Blast culture » (Epic)
1993 : « Free for Fever » (Epic)
1996 : “FFF” (Epic)
1997 : Live “Vivants – Live aux Eurockéennes de 1997″ (Epic)
2000 : « Vierge » (V2)
Et s’il n’en reste qu’un
1990 : « Blast culture »

Tagged

Laisser un commentaire

Genre

Années

Villes

Alphabétique

  • 1-9
    (17)
  • A
    (103)
  • B
    (123)
  • C
    (111)
  • D
    (109)
  • E
    (68)
  • F
    (67)
  • G
    (55)
  • H
    (54)
  • I
    (26)
  • J
    (38)
  • K
    (46)
  • L
    (79)
  • M
    (137)
  • N
    (54)
  • O
    (34)
  • P
    (88)
  • Q
    (3)
  • R
    (70)
  • S
    (169)
  • T
    (94)
  • U
    (17)
  • V
    (44)
  • W
    (41)
  • X
    (4)
  • Y
    (7)
  • Z
    (17)