Rock Made in France

UNICEF

Encyclopédie du Rock

Shakin’ Street

Le premier album de Shakin’ Street augurait déjà d’une belle lignée avec Ian Stewart au piano… Mais c’est le deuxième opus qui permet d’affirmer que le groupe de Fabienne est une des meilleures formations de Hard Rock de l’Hexagone. A dire vrai, « Solid as a rock » est sûrement le meilleur album de Hard français. Certes, il est chanté en anglais, certes il a été enregistré aux Etats-Unis, certes deux musiciens sont américains, certes…. Il n’empêche. Cette galette est une tuerie qui marie rock, punk et hard avec gourmandise et technique. Et la technique est assurément LE point fort de Shakin’ Street avec des guitaristes comme Louis Bertignac (au début !) ou à partir de 1980; Ross Friedman (aka Ross the Boss) ex Dictators et futur Manowar remplacé par Andrew McDonald en 1981. Le succès rencontré par ce disque leur permet de tourner aux Etats-Unis sur le légendaire « Black and Blue Tour » avec Black Sabbath et Blue Oyster Cult. Le live a moitié Bootleg de 1981 témoigne de la tournée… Et de la présence de Jimmy Page sur un morceau !
Pour l’anecdote, Louis Bertignac et Corinne Marienneau ont effectivement fait partie du groupe avant de rejoindre Téléphone en 1976. A noter également, la reformation en 2004 lors d’un passage à l’Olympia qui donne lieu à l’édition d’un CD. Un excellent nouvel album est sorti en 2009. Attention, Shakin’ Street est de retour avec Fabienne Shine et Ross the Boss aux commandes. On peut même y entendre Nono de Trust.

L’histoire commence en 1976. Fabienne Essaïgh rentre d’Angleterre. Son histoire d’amour avec Jimmy Page a pris fin. Désoeuvrée, l’ex manequin et actrice traine avec la bande de Pierre Clémenti et rencontre Valérie Lagrange qui joue alors avec Jean-Louis Aubert…. Et Eric Lewi. Ce dernier lui propose de monter un groupe. Ce sera Speedball avec Louis Bertignac, Corinne Marienneau et Jean-Lou Kalinowsky à la batterie. Les répétitions se déroulent à l’Université de Jussieu où le père d’Eric Lewi se trouve être chercheur. Un local improbable apprécié de nombreux groupes dont Trust qui vient y faire ses premiers pas. Speedball répète alors 8 heures par jour. A l’été 1976, Speedball monte sur la scène du Festival de Mont-de-Marsan… sous le nom de Shakin’ Street, titre d’une chanson de MC5. Grâce à Philippe Shine (manager de l’époque et petit ami de Fabienne qui lui empreinte son nom pour la scène !), les français tournent en Angleterre, puis c’est la seconde édition du Festival Punk de Mont-de-Marsan, où des représentants de CBS sont présents et les signe. Et déjà Louis et Corine ne sont plus là (mais bel et bien dans la formation qui assura le concert à Mont-de-Marsan), remplacés par Eric Armick Tigrane (Guit) et Mike Winter (Basse).

Après de nombreux concerts à Paris (Gibus, Bataclan, Théâtre Dejazet…), c’est le premier album en 1978 enregistré à Londres et la première vraie tournée française. Le second album capté à San Francisco en 1980 est synonyme de première tournée aux Etats Unis. Un opus produit par Sandy Pearlman grâce à leur Manager Marc Zermati qui fait écouter à Fabienne les premiers albums de Blue Oyster Cult. Et c’est ce même producteur qui leur présente le guitariste des Dictators, Ross the Boss, aujourd’hui encore guitariste de Shakin’ Street en 2009 ! Mais la tournée américaine épuisent les musiciens qui rentrent en France. Fabienne Shine reste à Los Angeles où elle épouse Damon Edge (de Chrome) en 1979. Après un dernier album live, Shakin’ Street met (une première fois) un terme officiel à l’aventure en 1982.

Le groupe refait parler de lui en 2009 avec un opus à la clef. Ami de Fabienne, Philippe Bonanno se propose de financer un nouvel album. Shakin’ Street se compose alors des « historiques » Ross « The Boss » Friedman à la guitare (qui a enregistré toutes ses parties depuis les Etats-Unis), Mike Winter à la basse et Jean-Lou Kalinowski à la batterie. Eric Levi n’est plus à la guitare remplacé par Philippe Kalfon (recruté sur Myspace) tandis que… Philippe Bonanno assure les claviers. Un album où l’on retrouve également l’ami de la « famille », Nono Krief de Trust sur le morceau « Six feet under » et le propre fils de Jean-Lou Kalinowski à la Beat Box. Un album désormais défendu sur scène. A vos agendas ! 


A ranger entre Trust et Blackwhite
A écouter sur Myspace
Avoir encore
A suivre sur Facebook

Avant Shakin’ Street
Dictators (Ross Friedman) – Kalfon Rock Chaud (Eric Armick Tigrane) – Jacques Higelin (Louis Bertignac) 

Que sont-ils devenus ?
Eric Levi devient compositeur de musique de film (Les Visiteurs, Subway…) et sort plusieurs albums sous le nom de ERA. Louis Bertignac et Corine Marienneau rejoignent Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka à l’été 1976 pour un bail de 9 ans au sein de Téléphone. Puis c’est l’aventure Bertignac et Les Visiteurs avant une belle carrière solo pour Louis Bertiganc et un long soupir musical pour Corine Marienneau.
Aux Etats-Unis, le guitariste américain Ross the Boos monte le groupe Manowar puis rejoint Brian Surgeons (Blue Oyster Cult)
Après un break dépressif, Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine revient dans Chrome puis entame une carrière solo en français sous son prénom. En 2009, entre deux concerts de Shakin’ Street, elle gagne sa vie comme guide dans les Parcs Nationaux Américains et les Réserves Indiennes Navajo.
Après la séparation du groupe en 1982, Jean-Lou Kalinowski s’installe à San Francisco jusqu’en 1987. Il joue avec SVT (le groupe de Jack Casady de Jefferson Airplane). En France il est présent avec Jan Jill Callas vers 1992 puis avec les Jet Boys. On le retrouve également au sein d’AC22 et Chrome.
Fred Guillemet est un ancien Taxi, Face to Face, Warning, Trust, Boxer et GL Band !
Philippe Kalfon est aussi le guitariste de NH3 et de Furious Zoo, le groupe de Renaud Hantson.

Fiche technique de Shakin’ Street
Ou : Paris
Quand : entre 1975 et 1982. Reformation en 2004
Site Internet
Genre : Hard Rock
Line up
1976
: Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Eric Levi aka Eric Lewy (Guit) – Louis Bertignac (Guit) – Corine Marienneau (Basse) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie)
1977 : Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Eric Levi aka Eric Lewy (Guit) – Patrice Laberia (Guit) – Mike Winter (Basse) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie)
1977 : Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Eric Levi aka Eric Lewy (Guit) – Eric Armik Tigrane (Guit) – Mike Winter (Basse) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie)
1979 : Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Eric Lewy (Guit) – Ross Friedman aka Ross the Boss (Guit) – Mike Winter (Basse) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie)
1981: Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Eric Lewy (Guit) – Andrew McDonald (Guit) – Mike Winter (Basse) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie)
2007 : Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Ross Friedman aka Ross the Boss (Guit) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie) – Philippe Kalfon (Guit) – Mike Winter (Basse) – Philippe Bonanno (Claviers)
2009 : Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Ross Friedman aka Ross the Boss (Guit) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie) – Philippe Kalfon (Guit) – Philippe Bonanno (Claviers) – Fred Guillemet (Basse)
2013 : Fabienne Essaïgh aka Fabienne Shine (Chant) – Ross Friedman aka Ross the Boss (Guit) – Philippe Kalfon (Guit) – Fred Guillemet (Basse) – Jean-Lou Kalinowski (Batterie) – Olivier Spitzer (Guit) – Bruno Mieusset (Claviers)
Albums
1978 : SP « No time to lose / Yesterday’s papers » (CBS, promo)
1978 : « Vampire Rock » (CBS)
1980 : « Shakin’ Street » (CBS)
1981 : Live “Live and raw”
2004 : Live « Live »
2009 : Compilation “Axe killer warrior’s set 2009”
2009 : « 21st century love chanel » (Bernett)
2014 : « Psychic » (HNE)
S’il n’en reste qu’un
1980 : « Shakin’ Street »

Tagged

Laisser un commentaire

Genre

Années

Villes

Alphabétique

  • 1-9
    (17)
  • A
    (103)
  • B
    (121)
  • C
    (109)
  • D
    (107)
  • E
    (68)
  • F
    (67)
  • G
    (54)
  • H
    (53)
  • I
    (26)
  • J
    (38)
  • K
    (46)
  • L
    (79)
  • M
    (136)
  • N
    (53)
  • O
    (34)
  • P
    (88)
  • Q
    (3)
  • R
    (70)
  • S
    (168)
  • T
    (93)
  • U
    (17)
  • V
    (44)
  • W
    (41)
  • X
    (4)
  • Y
    (7)
  • Z
    (17)