Rock Made in France

NG Création, Agence web paris, application web et mobile

Actu

Live Report : Trust au Trianon (Paris) jeudi 9 novembre 2017

Point de vue d’un père et de sa fille

Le père
Se rendre à un concert de Trust en 2017, c’est comme partir en pèlerinage. On y amène ses souvenirs (notamment un concert au Théâtre Antique d’Orange en 1981 où ils ont volé la vedette à Iron Maiden !) en se disant qu’avec un bon miracle, il se passera quelque chose. Et bien le miracle a eu lieu ! On ne sait pas si le groupe a multiplié la performance sur ses 5 dates parisiennes consécutives (Maroquinerie, Bus Palladium, Bataclan, Trianon et Elysée Montmartre), mais jeudi soir au Trianon, Trust a galvanisé l’assistance (à 80% masculine et proche des 50 ans, quand même), redonnant aux vielles artères la fluidité de leurs 20 ans. Car non seulement, ils ont remporté la manche haut la main avec un nouveau répertoire qui a occupé la première moitié du spectacle (« FHaine » leur nouvel album est attendu pour début 2018), mais ils ont aussi remis au goût du jour quelques vieux goodies ( « Ailleurs » extrait d' »Europe et Haine » (1996) et non « Palace » comme on aurait pu le penser aux premiers riffs) pour finir par le feu d’artifice « Antisocial ». On notera simplement l’absence de « L’élite », dommage. Accompagné de 3 choristes surplombant la scène et la salle, le show dynamité la nostalgie, laissant Nono et Bernie marier la maîtrise, le rock et la performance presque groovy parfois pour un spectacle des grands soirs. L’écueil du juke box vivant (on pense aux Insus, aux Rolling Stones et à toutes les vieilles gloires) ayant même été évité. Et de se dire que décidément, afficher 40 ans de carrière et disposer d’un avenir, reste une performance dont peu de groupes peuvent se vanter. Seules quelques carrières solo arrivent à en dire autant : on pense ici à Kent de Starshooter. Vivement l’album !

Hervé Devallan

La fille
Je n’en reviens pas ! Mes parents nous trainent, mon frère et moi, à un concert de rock…  Trust, au Trianon. Mon père, étant fan de hard rock et de heavy metal, mes plus jeunes années n’ont pas été bercées par de douces et attendrissantes mélodies. Quand la plupart de mes amis citent Francis Cabrel et Michel Sardou comme références musicales de leur enfance… Je leur fais les yeux ronds. À 3 ans, je pogotais déjà sur « Antisocial » et « Toujours pas une tune ».
Et ce jeudi 9 novembre 2017, je peux le dire, j’ai pris une claque ! Hier soir fut l’un des meilleurs concerts qu’il m’ait été donnés de voir. Trust a littéralement retourné le Trianon, faisant se lever tous les rangs assis. Bernie, Nono et David Jacob ont interprété avec succès leur nouvel album à venir. Le gros plus de ce concert : les trois choristes présentes plus de la moitié du live. Un beau bonus qui a ajouté magie et « show à l’américaine », transcendant l’ambiance, déjà survoltée. Les filles, qui reprenaient en cœur les refrains des tubes de 2018 comme « Là où se trouve ta place », ont su apporter une touche de fraîcheur et de féminité à la bande – ce qui est non négligeable, dans une foule quasi masculine. Autre point fort à qui mes yeux de « jeune femme » n’a pas échappé… La jeunesse du batteur ! À seulement 22 ans, le marseillais Christian Dupuy a prouvé qu’il avait sa place aux côtés de ces sexagénaires. Un brin de jouvence a flotté jeudi soir au Trianon. Cependant, une petite déception… La constante mise en retrait du guitariste Ismalia Diop. Dans l’ombre du trio du début à la fin, une pointe de gêne n’a pu s’empêcher de me traverser. Bon, malgré tout, Trust a mis le feu et je suis ravie d’avoir fait parti de la team. Je peux enfin le dire… « J’ai vu Antisocial » en live ! Jamais je n’avais vu mes parents se trémousser autant, et ça, c’est détonnant !

Anne Devallan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Radio

    la WebRadio

    Les bonnes infos








    Marketplaces