Rock Made in France

Encyclopédie du Rock

Bijou

Bijou-1975Bijou a gagné son public et trouvé une maison de disque après d’époustouflants sets donnés toutes guitares dehors. A l’instar de leur présence au mythique Festival punk de Mont-de-Marsan en 1976 et 1977.

L’histoire de Bijou remonte au début des années 70 lorsque Vincent Palmer et Philippe Dauga se rencontrent à la terrasse d’un café et décident de monter Pura Vida avec l’anglais Terry Scott au chant et Joël Yan aka Dynamite à la batterie, venu du Val de Marne par petite annonce interposée. Un unique morceau éponyme paru de nombreuses années plus tard sur la compilation « Skydog Commando » (octobre 1978) témoigne de cette époque. Plusieurs années passent, lassent et certains craquent : Vincent Palmer fait une dépression et Philippe Dauga part en Sanatorium… Le journaliste Jean-William Thoury va changer la donne. Ce dernier accepte de mettre des mots sur la musique de Philippe Dauga. La machine est relancée et Philippe invite à nouveau son vieux complice Vincent Palmer à le rejoindre. Bijou est né avec Alain Salaün (ou Alain Salain) aka Bijou au chant et Jean-Louis Lamaison à la batterie. Mais ce dernier ne veut pas lâcher son job (et ses piges à Rock’n’Folk !) et laisse sa place à Joël « Dynamite » Yan. Un an de concerts et de répétitions plus tard et c’est Alain Salaün qui quitte le navire : problème avec l’alcool… Malgré plusieurs auditions pour le remplacer (Jo Leb des Variations, Philippe Villiers d’Au Bonheur Des Dames, Francis de Glady…), Bijou se rend à l’évidence : c’est dans une formule à trois qu’ils sont encore les meilleurs.
bijou liveAvec l’appui de Marc Zermati (patron du label Skydog et manager des Flamin’ Groovies), le groupe peut décoller.
Premier album en 1978 (« Danse avec moi« ) chez Phonogram (et non chez Skydog, grosse colère de Marc Zermati !) et première énorme tournée avec Status Quo. Les punks s’éloignent… Dans une veine toujours un peu naïve mais terriblement authentique, ils enchaînent alors les très bons disques de rock qui ne rencontrent malheureusement qu’un succès d’estime, (Téléphone, Trust et Starshooter écrasent tout sur leur passage !) mais leur permet de faire de véritables rencontres au sommet.

Bijou-SergeGC’est ainsi que l’on peut qualifier la collaboration avec Serge Gainsbourg à qui ils redonnent le goût de la scène et qui leur confie en retour la reprise des « Papillons noirs » puis leur compose le titre « Betty Jane Rose ». Le premier véritable succès n’arrive pourtant qu’en 1981 avec le très FM « Rock à la radio ». Ce qui n’empêche la séparation des banlieusards un an plus tard, faute de maison de disque et d’une certaine lassitude.
En 1987,  Bijou brille à nouveau mais se résume au duo Dauga / Palmer. Dynamite est en prison et Jean-Willliam Thoury est écarté. C’est Jacques Duval (parolier entre autre de Lio) qui signe les textes Un unique 45t (« Lola » / « Passage souterrain ») va témoigner en 1988 de cette reformation avec en studio Guy Delacroix à la basse, Christophe Deschamps à la batterie et Hervé Leduc aux claviers. La version groupe voit Philippe Dauga retrouver sa 4 cordes et Cyril Noacco, batteur de Lio, prendre place derrière les futs. Le résultat n’est pas à la hauteur des ambitions de Vincent Palmer qui jette l’éponge.

bijou-svpPhilippe Dauga persiste et en 2000 remonte Bijou avec… Dynamite Yann de nouveau disponible. L’album « Hit Pop » sort en septembre de la même année avec Jean-Pierre Chiche (guitariste de Daniel Balavoine) à la 6 cordes. Cette fois c’est Dynamite qui quitte le navire, laissant Philippe Dauga poursuivre l’aventure  sous l’appellation Bijou SVP. Un acronyme qui cache un grand absent puisque SVP signifie Sans Vincent Palmer… L’affaire reste confidentielle même si trois albums (dont un live et un second opus studio dont l’artwork est signé Maho) voient le jour. Sur ce dernier, on y croise Didier Wampas et Bernie Bonvoisin (Trust). Et toujours le guitariste Patrice Llaberia (qui à Londres a joué avec les Pretenders, Mick Jones et à Paris Nono Krief, The GL Band, etc) et le batteur Franck Ballier.


A ranger entre Les Variations et Factory
A écouter sur Myspace (Bijou SVP)
A suivre sur Facebook
A voir également (Bjou SVP en 2008) et

Avant Bijou
Le groupe de blues Mind Blower (1967-1969) avec Philippe Dauga, Vincent Palmer et Alain Salain au chant.
Pura Vida au début des années 70 avec Philippe Dauga, Vincent Palmer, Joël Yan et l’anglais Terry Scott au chant (ex Heaven).
Le groupe de hard rock Stratagème en 1974 avec Philippe Dauga et Vincent Palmer.
Ulysse, groupe nantais comptant Vincent Palmer à la guitare qui sortira deux 45t en 1975 et 1976.
Les Devils (Philippe Dauga)
Le groupe Quo Vadis pour Dynamite.

Pendant Bijou
En 1976, le groupe enregistre 4 maquettes pour le journaliste Jacques Barsamian.
En 1981, Jean-William Thoury, Vincent Palmer et Dynamite Yan (et Philippe Guyot à la basse) enregistrent « 39° de fièvre » (RCA) de Marie France

Que sont-ils devenus ?
Jean-William Thoury (manager, parolier et journaliste) enregistre en 1977 un 45t  comprenant la reprise de Bijou « Danse avec moi » et le slow « Tu ne m’aimeras jamais » sous un de ses nombreux pseudos : Guillaume Godard. EN 1984, il s’occupe de la réalisation des productions du label Romance Production de Claude Quiniou. Cette même année et encore aujourd’hui, il est un des rédacteurs du magazine Juke Box.
Philippe Dauga s’occupe de son bar Tex Mex à Savigny-sur-Orge, produit des disques (notamment un EP de Foo Flash en 1983) et sort régulièrement des 45t entre 1982 à 1995 jusqu’à un ultime EP « Pile ou Face » en 1993. Depuis 2000, il poursuit seul l’aventure Bijou sans Vincent Palmer, soit Bijou SVP.
Joël « Dynamite » Yan sort un 5 titres en 1985 chez Romance Rockin’. Après un long passage par la case prison, une présence officielle dans le premier album de Bijou SVP,  il se tourne vers l’architecture d’intérieure. A noter qu’en décembre 1977, il avait participé sans être mentionné aux sessions du second 45t de Gazoline
Vincent Palmer sort un unique 45t avec le parolier Boris Bergman et Richard Kolinka (Téléphone) à la batterie. Son poste de Secrétaire de rédaction à Rock’n’Folk ne l’empêché pas de jouer le solo de « Merde in France » pour Jacques Dutronc, de poser sa guitare sur « Rock’n’roll musette » de Gérard Blanchard et de faire quelques piges pour les Wampas dans les années 90. En 1993, il accompagner Link Wray sur sa tournée française avec un certain Gilles Poussin (ex Soucoupes Violentes) à la basse, de jouer avec le groupe Dennis Twist. A la fin des années 90, il écrit avec Philippe Manœuvre 12 émission retraçant l’histoire de la musique française de Boris Vian à nos jours. « Babylone Yéyé » sera diffusé sur Canal+ en 1999.
Alain Salaün refait parler de lui en 1978 dans le groupe Foxy

Fiche technique de Bijou / Bijou SVP
Ou : Juvisy
Quand : de 1975 à 1982 – Depuis 2004 pour Bijou SVP
Genre : Rock
Line up
1975
: Philippe Dauga (Basse) – Jean-William Thoury (Parolier / Manager) – Jean-Louis Lamaison (Batterie) – Vincent Palmer (Guit) – Alain Salaün (Chant)
1976 : Philippe Dauga (Basse) – Jean-William Thoury (Parolier / Manager) – Joël Yan aka Dynamite (Batterie) – Vincent Palmer (Guit)
2004 : Philippe Dauga (Basse) – Patrice Llaberia (Guit) – Franck Ballier (Batterie)
Albums
1977 : « Danse avec moi » (Philips)
1978 : « OK Carole” (Philips)
1979 : « Pas dormir » (Philips)
1979 : BOF du film « Tapage nocturne » (Philips) avec les titres « Tapage nocturne » et « Jolie laide » composés par Serge Gainsbourg.
1980 : Compilation « Bijou » (Impact)
1980 : Live « En public » (Philips)
1980 : BOF « Je vous aime » avec les 2 titres « La p’tite Agathe » et « Papa Nono » composé par Serge Gainsbourg, joué par Bijou et chanté par Gérard Depardieu.
1981 : « Jamais domptés » (Philips) – 80 000 ex.
1981 : « Bijou Bop » (Philips)
1989 : Compilation « Pic à glace » (Philips)
2000 : « Hit pop » (XIII Bis Records)
2000 : Compilation « Long Box 4 CD » (Philips)
Sous le nom Bijou SVP
2006 : “Redescend sur terre” (Last Call Records)
2008 : Live « Live au Zenith de Caen »
2009 : « Autopsy »
2016 : Compilation « Bijou 1976 – 2016 »
Et s’il n’en reste qu’un
1981 « Jamais domptés »



Tagged

One thought on “Bijou

Laisser un commentaire

Genre

Années

Villes

Alphabétique

  • 1-9
    (17)
  • A
    (103)
  • B
    (123)
  • C
    (112)
  • D
    (110)
  • E
    (68)
  • F
    (68)
  • G
    (56)
  • H
    (55)
  • I
    (26)
  • J
    (38)
  • K
    (46)
  • L
    (79)
  • M
    (138)
  • N
    (55)
  • O
    (34)
  • P
    (89)
  • Q
    (3)
  • R
    (70)
  • S
    (170)
  • T
    (94)
  • U
    (17)
  • V
    (44)
  • W
    (41)
  • X
    (4)
  • Y
    (8)
  • Z
    (17)