Rock Made in France

NG Création, Agence web paris, application web et mobile

Encyclopédie du Rock

Les Coronados

D’Etienne Daho qui voulait reprendre “Un lustre” à Fred Chichin (Rita Mitsouko) qui se pressait à leurs concerts, Les Coronados étaient devenus cultes de leur vivant. Quand on prend le nom d’une basse Fender, il ne peut en être autrement. Né au milieu des 70’s à Limoges sur les bancs de l’Ecole Nationale Supérieur de Céramique, Bernard Lepesant et Dominique Especel aux guitares, Yves Calvez à la basse et Berko à la batterie débarquent dans le 18ème arrondissement parisien une fois le diplôme en poche. Le quatuor restera fidèle à son quartier et à sa cave de répétition durant toute son existence. Le premier 45t 4 titres (dont 3 chantés en français et 1 reprise d’Alex Chilton) enregistré « à la maison » avec un 4 pistes de survie sera le seul fait d’arme de Berko qui ayant trouvé un travail quitte le groupe. C’est Dilip Magnifique qui opère dès le second 45t. Là encore 3 titres en français et une reprise de Beefheart cette fois. Le rock esthète et violement garage des Coronados séduit au-delà des fanzines et des radios libres. Les Thugs et Johnny Thunders  les demandent en Live. En 1984 sort leur premier album qui confirme que les dandies du rock ont une élégance sauvage et un talent fou. Ce qui n’empêche pas Dominique Especel de quitter le groupe sans aucune explication. C’est donc en formation serrée et sur trois ans qu’est bouclé le second et magnifique album « Un lustre ». Pourtant les ventes ne suivent pas malgré une revue de presse dithyrambique. Grâce à Christophe Laménière le trio réussit à enregistrer 3 nouveaux morceaux au studio Pathé Marconi à Boulogne Billancourt (là où sont passés les Stones et les Beatles !). Qu’importe, les Coronados sont remerciés de Musidisc en même temps qu’Hervé Deplasse qui les soutenait. En VRP de luxe, Yves Calvez fait le tour des maisons de disques avec les bandes sous le bras, mais les portes sont définitivement clauses.


A  ranger entre Olivensteins et Marie et les Garçons

Que sont-ils devenus ?
Berko
rejoint les Pasadenas puis des Spanish Meatballs.
Bernard Lepesant joue avec Dilip Magnifique dans les Wysiwyg. Il a produit un album de Blutt sorti en 2008.
Dilip Magnifique joue dans One Arm et on peut le croiser derrière Patrick Eudeline lors de ses rares prestations. A noter qu’on a pu le voir derrière Link Wray en 1993.
Yves Calvez s’occupe de sa moitié Lina. Il a collaboré un temps avec Arnold Turboust.

Fiche technique des Coronados
Ou : Limoges / Paris
Quand : Fin 70’s / 1990
Genre : Rock
Line up
Bernard Lepesant (Guit) – Dominique Especel (Guit) – Yves Calvez (Basse) – Dilip Magnifique (Batterie)
A aussi joué
Berko (Batterie
Album
1981 : EP « Les Coronados » (Auto production)
1982 : EP « Voix blanches et idées noires » (Celluloïd)
1984 : « N’importe quoi… Mais pas n’importe comment » (Romance)
1989 : « Un lustre » (Musidisc)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Genre

    Années

    Villes

    Alphabétique

    • 1-9
      (18)
    • A
      (108)
    • B
      (129)
    • C
      (114)
    • D
      (113)
    • E
      (69)
    • F
      (70)
    • G
      (57)
    • H
      (57)
    • I
      (26)
    • J
      (38)
    • K
      (49)
    • L
      (80)
    • M
      (141)
    • N
      (55)
    • O
      (34)
    • P
      (93)
    • Q
      (3)
    • R
      (72)
    • S
      (177)
    • T
      (96)
    • U
      (18)
    • V
      (46)
    • W
      (44)
    • X
      (5)
    • Y
      (8)
    • Z
      (17)