Rock Made in France

Actu

Lux « Super 8 »

Lux et Super 8 : on pourrait s’attendre à la BO de nos 60’s. Erreur, la musique du duo est simplement l’héritière d’un rock newyorkais underground aux étonnants pouvoirs de séduction.

Luxe, calme et volupté. Ou plus exactement Lux, classe et authenticité. La formule brille un peu moins au Panthéon des citations, mais colle tout aussi bien au duo Angella Randall – Sylvain Laforge. Dans une ambiance résolument underground fin 70’s à New York, Lux se plait à rappeler Television (sans ce côté duo de guitares) et plus sûrement le Velvet époque Nico (sans ce côté Andy Warhol) et peut-être plus sûrement le début de Fleetwood Mac. Car Lux reste abordable et flirte de temps en temps avec un futur grand public. Pour l’heure, « Super 8 » est leur premier album après un EP sortie en 2014. Un album sur lequel la chanteuse américaine traîne sa voix faussement nonchalante et réellement chaloupée sur les compostions du guitariste français. Un frenchy qui a roulé sa bosse pour les Rita Mitsouko et Catherine Ringer entre 2006 et 2010. On n’est donc pas au pays des impétrants. Et ça s’entend ! Tout est concis, ramassé, dans la veine d’un Tom Petty ou d’un Eliott Murphy. On se sent bien et on a envie de passer un bon moment ensemble. La musique de Lux rapproche les âmes. En tout cas, elle a conduit ces deux là au Studio Black Box dans la campagne angevine où Peter Deimel a mis en scène leur musique comme il fait souvent pour les Kills, Anna Calvi, The Last Shadow Puppets, Black Minou (groupe de blues rock énervé des frères Poupaud), Théo Lawrence and The Hearts, etc. N’hésitez pas à franchir le pas : Lux vous fera voyager longtemps sans forcément ménager votre monture.

Hervé Devallan
Lux « Super 8 » (Auto Production) – 4/5

One thought on “Lux « Super 8 »

  1. Pingback: FRESH OFF THE PRESS | Lux

Laisser un commentaire

Radio

la WebRadio

Les bonnes infos







Marketplaces