Rock Made in France

NG Création, Agence web paris nice, application web et mobile

Actu

Angelfish Decay « Hypnotised tourist »

Ils sont huit sur cet album. Angelfish Decay est un collectif qui repose sur un quatuor à corde, des machines et des percussions. Incroyable autant qu’éblouissant. Le changement c’est maintenant ! 

Cet EP d’Angelfish Decay rappelle immédiatement quelques belles signatures de la musique électro pop d’avant-garde. On pense à LCD Sound System, Talking Heads (sont-ils en train de se reformer d’ailleurs ?) ou encore Brian Eno, voire Peter Gabriel. Avec de telles références, il ne peut – bien sûr – s’agir de pâles copies. Eux aussi apportent leurs notes créatives à l’édifice. A commencer par un quatuor à cordes très énervé, branché sur des amplis et accompagné de drums machine, percussions et chant en anglais (et à 2 têtes). Composé de Pat Griffiths (Baroque Bordello), Octavio Angarita (Namaste), Maxime Oudry (La Menina Sin Nombre), Olive Perrusson (Olive&Clyde), Stephen Harrisson (Fantazio, Imbert Imbert), Olivier Deparis (Die Bunker, Mami Chan), Lea Claessens (Moon in June, Lazzi), Boris Lamerand (Theorem of Joy) et Liam Morrissey, la formation est un véritable collectif multiculturel franco anglo australien. De ce joyeux cocktail naît un mélange inédit d’influences 70’s, de sons si naturels qu’on jurerait des samples et d’une rythmique tellement acoustique qu’on avait oublié l’idée d’un tel concept. Oui, entre deux machines, ils s’autorisent une telle transgression. Le futur se vit désormais en direct et c’est le moment d’en profiter.

Hervé Devallan
Angelfish Decay « Hypnotised tourist » – (Auto production / Differ-Ant) – 4/5
Sortie le 10 février 2017

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Retrouvez nous sur Facebook

    Les bonnes infos






    Les bonnes adresses