Rock Made in France

NG Création, Agence web paris nice, application web et mobile

Actu

October US tour day 1 – New York : « Harlem to Brooklyn »

On n’a pas encore décollé, mais les gens semblent déjà nerveux. Pas à cause des consignes de sécurité données par l’équipage de bord, mais parce qu’il manque des choses qui semblaient acquises à l’ère de Netflix et des divertissements disponibles partout et 24h/24. Il n’y a pas d’écran et pas de ports USB. Certains regardent avec incompréhension le dossier du siège devant eux et d’autres farfouillent autour de l’accoudoir en gémissant. Ça doit être quelque part par là… c’est pas possible autrement !! Norwegian Air. Huit heures et demie sans film et sans nourriture. J’aime le minimalisme norvégien, mais je pense que, si Ikea avait une compagnie aérienne, au moins ils serviraient des boulettes de viande et diffuseraient des thrillers dans lesquels des détectives avec des queues de cheval boivent sans arrêt du café et roulent à travers des forêts.

« Jamais mis un pied dehors sans un gilet pare-balles »

Mais, ils m’ont emmené jusqu’ici, on peut les applaudir pour ça. Je suis arrivé à New York hier soir et je suis passé à la douane. J’ai même eu un garde-frontière souriant qui m’a dit en voyant mon adresse à Harlem :
« J’ai grandi dans ce coin dans les années 80. Jamais mis un pied dehors sans un gilet pare-balles. »
Un bagagiste a déposé mon étui de guitare au milieu du hall de livraison des bagages. Il était posé là, tout seul et semblait anxieux. Mon chauffeur de taxi indien a roulé en direction de Manhattan en utilisant uniquement l’accélérateur et le frein, souvent en même temps. Le bercement de la voiture et l’histoire dans le style Bollywood qu’il écoutait à la radio m’ont endormi et je me suis réveillé avec la rivière Hudson sur ma gauche et Harlem de nuit, brillant sous les néons.

Le mythique magasin de disque Rough Trade Records

Aujourd’hui, je suis allé à Brooklyn où tout est artisanal : les habits, les bières, les vélos. Je pense même que les chiens sont artisanaux ; fabriqués quelque part sur Bedford Avenue, leurs tailles et leurs couleurs changeant selon la mode de la saison. Les terriers en soie en font partie apparemment. Vous pouvez vous promenez avec un dans votre sac à dos dont ils dépasseraient comme des Gremlins. Tout est une question d’accessoire.
Je viens juste de récupérer mon badge artiste du festival Mondo à l’hôtel Williamsburg et j’ai réussi à me retenir d’entrer dans le mythique magasin de disque Rough Trade Records en me souvenant que je suis ici pour vendre des disques plutôt que pour en acheter.
Je reviendrais ici demain pour des rencontres avant d’aller au cœur de Long Island pour une émission de radio…

Barton H

A lire aussi, les 15 étapes de la dernière tournée américaine :
Day 1 – New York : « J’ai le passeport et le visa »
Day 2 – New York  : « Nous passons la rue Bleeker »
Day 3 – Sud de Manhattan : « Le secret est divulgué… »
Day 4 – East Village : « Un club qui me rappelle la scène londonienne »
Day 5 – Harlem : « Les guitares de Dylan étaient mal accordées »
Day 6 – West Chester : « Un club ouvert jusqu’à 3 heures du matin »
Day 7 – OFF
Day 8 – Washington : « Je voyage avec Harrison Ford dans une Wolkswagen »
Day 9 – Baltimore & more : « L’âge digital est mort »
Day 10 – Ohio : « La terre de l’aviation »
Day 11 – Eaton, Ohio : « Je me suis retrouvé dans un nightclub »
Day 12 – Coincé au milieu : « Exactement la même histoire sur CNN »
Day 13 – Chicago : « 20 derniers dollars »
Day 14 – Detroit : « Royal Oak, un faubourg de Detroit »
Day 15 – Homeward Bound : « Douze mille km depuis New York »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Retrouvez nous sur Facebook

    Les bonnes infos





    Les bonnes adresses